Coopérative de Petit-Bourg de Borgne, 1962

July 7, 2010

première partie

(for English version, see May 25 2010)

par Père Jean-Claude Legault. csc

La région du Borgne reconnue par sa fertilité et son irrigation naturelle avait été célèbre du temps du Standard Fruit (1950) qui venait s’approvisionner au Wharf de Fond Lagrange où les bateaux pouvaient accoster en toute sécurité. Dans les sections du Borgne on y plantait de la figue banane. Les paysans connurent la prospérité. Ils ont remplacé le chaume du toit par des tôles, la terre battue par du cément.

Une mésentente avec le gouvernement, le Standard Fruit s’est retiré pour aller dans un autre pays où leurs profits seraient plus grands. Manipulation de l’étranger pour exploiter la richesse de la terre d’Haïti. Les Haïtiens aimeraient être chez eux depuis 1804.

La fertilité de la région du Borgne a retenu une fois de plus l’attention du gouvernement pour le café et le cacao. Bayeuse fut érigé des pépinières de café et de cacao sous la direction d’un agronome chercheur, M. Devertueil.

On voulait rajeunir les plantations déjà pour les rendre plus productives.

La banque de crédit agricole faisait l’inventaire de terres à régénérer et allouait un crédit ad hoc.

Il fut aussi planifier le montage d’une usine pour la fermentation et le séchage du café Bourbon : un café aromatique comment en produit la Colombie.

Le Père Lamy, un américain a fait l’éducation coopérative des paysans pour y ramassa la première part. Il y passa deux mois de son temps. Il avait à cœur la coopérative. Tout le monde prenait des parts, paysans et spéculateurs. Le prix du café augmenterait, quoi des plus désirables. Il y fut construit un bassin de fermentation et le séchoir la plus moderne, sur le modèle de la Colombie.

Les spéculateurs n’avaient pas compris que l’exploitation honteuse des paysans ne serait pas aussi facile. On payait le kilo de café pour une livre et non pas deux livres. Les paysans ont compris le bienfait de la coopération.

Bennett et comparses, membres de la coopérative ont décidé de mettre fin à cette coopérative en déclarant que le Père Lamy avec l’aide de American Foundation qui avait financé la coopérative préparait un débarquement pour faire tomber Papa Doc.

Père Lamy a été mis en arrestation en vu d’une expulsion éventuelle vers les USA. Cette expulsion remettait en cause tout le travail de la BCA et l’American Foundation complice du Père Lamy, une fausse dénonciation.

Délice Jadotte, comptable à la BCA, un ami intime du Père Lamy, vint me donner la liste des noms des signataires de la dénonciation. Je dénonçai publiquement au micro le nom des hypocrites qui avaient signé la pétition. Il y a eu presque une révolution dans la ville. Les mêmes ont immédiatement signé une lettre pour le retour du Père Lamy, dénonçant la fausseté du débarquement. Il y a eu un gros koujay, scandant ‘Pè Lamè ap tounè.’ Mgr Cousineau reçu les ordres de Papa Doc de retourner le Père Lamy au Bourgne. Mgr jugeant qu’il n’avait pas d’ordre de recevoir de Duvalier, nomma Roland Lamy, curé de Zigué. L’incident était clos, les signataires expulsés comme membres et la coopérative commença à végéter. L’Interamerican Foundation retirait son projet de un million qui devait faire d’Haïti le pays du café à travers le monde, Petit-Bourg de Borgne, le prototype. Le Père Lamy alla se spécialiser à l’IRFED, le Père Legault (1964) curé de Petit Borgne avec le Père Lamy (1965) comme vicaire, à son retour d’Europe pour donner naissance à FADAC, la première ONG du Nord de du Nord de l’ACDI.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: